Lieux et horairesTarifsOrganisation du cours
  • Quatre cours adultes par semaine: Lucie assure le cours de samedi 12h, les trois autres sont donnés par John M’Bumba, pour les horaires voir le  site web du Cercle Tissier
  • Cercle Tissier, 108 rue de Fontenay, 94300 Vincennes – Métro: Château de Vincennes (ligne 1)

450€ + 50€ de frais d’inscription et de licence

Une quinzaine de participants environ par cours

On aime

  • Le rythme des cours de Lucie, pas une seule minute de perdue
  • L’accent mis sur la coordination
  • L’inspiration puisée par Lucie dans l’école cubaine: vitesse et timing

Contacter le prof

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

MISE A JOUR: A partir de la rentrée 2017 les cours ne sont plus assurés par Lucie Bertaud mais par John M’Bumba.

Au vu de l’engouement de ces dernières années pour la boxe anglaise, le Cercle Tissier de Vincennes a décidé de créer une section boxe en 2015. Lucie Bertaud y assure les cours avec John M’Bumba. La caractère très récent de la section en fait un endroit idéal pour débuter. Lucie propose un enseignement très structuré et très rythmé. L’année est organisée autour d’un programme de travail et les séances sont extrêmement denses. Par ailleurs, ne vous attendez pas à un cours défouloir où il suffit de taper comme une brute. Lucie a choisi de mettre tout particulièrement l’accent sur le travail de coordination et sur la répétition  des bases puis des techniques plus avancées. Cela permet de fixer parfaitement les notions pour une boxe nette et précise.

Suivez l’enseignement d’une championne d’Europe

En 2015, Lucie Bertaud a ajouté la casquette de professeure de boxe anglaise à sa collection déjà bien fournie. Elle est en effet quintuple championne de France de boxe anglaise (entre 2004 et 2010), championne d’Europe en 2007, et mène à présent une carrière de journaliste sportive. Pour faire bonne mesure elle vient également de passer professionnelle en MMA (les Mixed Martial Arts popularisés ces dernières années).

Elle intervient au sein de la section boxe anglaise créée en 2015 au sein du Cercle Tissier de Vincennes. La création de cette section par ce club reconnu témoigne de la popularité grandissante de la boxe loisirs. Lucie assure ainsi les cours du samedi, celui des adultes et celui des enfants. Les deux autres cours adultes de la semaine sont donnés par John M’bumba. Un cours adultes supplémentaire devrait être ajouté à partir de la rentrée 2016. L’enseignement délivré par Lucie au cours de l’année est très structuré et fonctionne par grands cycles. Pendant deux mois par exemple, Lucie va focaliser le travail sur un aspect bien particulier de la boxe. Les séances sont en général organisées de la manière suivante: tout d’abord un travail de coordination, en mobilité et en prenant le temps de bien exécuter les mouvements; puis un peu de technique douce face au partenaire; et enfin les élèves appliquent ce qu’ils ont vu de manière libre avec un autre élève de niveau proche. Sauf en tout début de séance on travaille systématiquement avec gants et protège-dents.

cours boxe lucie bertaud cercle tissier
Crédit photo: Cercle Tissier

La salle est toute neuve et assez agréable même si le sol en tatamis rend le travail des jambes un peu plus physique que sur un sol plus dur. Après 15 minutes de travail en solo (travail en ligne et en carré), les élèves passent les gants et se mettent deux par deux. Tout le cours se fait en musique ce qui ajoute encore à son rythme et à son dynamisme. Le jour où j’ai assisté au cours les élèves étaient une douzaine dans la salle, avec suffisamment de place pour évoluer. C’est très appréciable par rapport à certains cours d’arts martiaux qui peuvent être bondés.

Une approche assez technique de la boxe pour un cours loisirs

Durant le cours auquel j’assiste, Lucie insiste énormément sur la coordination. Elle me le confirmera lors la conversation qui suivra, c’est pour elle une notion cardinale. Comprendre l’importance de cette notion permet aussi au débutant qui n’a qu’une vague idée de la boxe de dépasser certains clichés sur la boxe, par exemple celui de “beau geste”. Penser en termes de “beau geste” c’est prendre le risque de se focaliser sur une seule partie de l’anatomie et d’oublier que le geste est intégré dans une séquence de mouvements du reste du corps qui le préparent, l’accompagnent et le suivent. A l’inverse, penser en termes de coordination permet d’attacher de l’importance à toutes les parties du corps. En la matière, Lucie me dit qu’elle s’inspire tout particulièrement de l’école cubaine caractérisée par la recherche de coordination, le sens du timing et la vitesse d’exécution.

La répétition fixe la notion
Cette année, lancement de la section oblige, il y avait 80% de débutants dans les cours. Le premier trimestre a été consacré à des choses simples. Puis peu à peu Lucie a introduit des éléments stratégiques. Durant les cours elle prend soin de faire tourner entre elles des personnes de niveau équivalent. Je lui fais remarquer qu’il peut parfois être profitable de mélanger les niveaux. Mais je me rends finalement à ses arguments. En effet en boxe anglaise, par rapport à la plupart des arts martiaux, on reçoit davantage de coups au visage qui peuvent doucher l’enthousiasme des débutants les plus motivés. En règle générale, pour être en confiance et donner le meilleur de soi,  il vaut donc mieux ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre. Mais Lucie me dit que dans ses cours rien n’empêche de se mesurer de temps en temps à un combattant plus fort!

cours boxe anglaise john mbumba
Crédit photo: Cercle Tissier

Pour progresser, Lucie conseille de suivre trois cours par semaine. Deux sont en tout cas un minimum. Ses cours sont en effet assez techniques, leur finalité n’est pas le défoulement et il est donc important d’être assidu. Lucie est aussi une adepte de la répétition. Ce n’est pas très étonnant pour une professeure de boxe, mais je le mentionne car elle a beaucoup insisté dessus durant notre conversation. “La répétition fixe la notion” me dira-t-elle plusieurs fois.

Un rythme de cours intensif, pas une minute de perdue

J’ai énormément apprécié le rythme du cours de Lucie. On commence pile à l’heure et pas une minute ne sera perdue durant l’heure et quart que durera le cours. Son cours est timé, c’est le cas de le dire! Toutes les quelques minutes une sonnerie retentit pour indiquer qu’il est temps d’échanger les rôles ou de passer à la suite du programme.

Sur le quatrième direct on veut vraiment faire reculer, le bras doit être tendu, on ne fait pas semblant.
Au fur et à mesure de la séance, le travail demandé par Lucie se complexifie. A un moment elle demande à l’attaquant de chaque binôme un travail reposant sur quatre directs enchaînés. Le premier, du gauche, sert à prendre la distance par rapport au partenaire et à l’aveugler, le deuxième et le troisième accentuent la pression, au quatrième on cherche à toucher, en engageant la hanche pour accroître l’allonge et la puissance. “Sur le quatrième direct on veut vraiment faire reculer, le bras doit être tendu, on ne fait pas semblant.” Les éléments stratégiques de “cadrage” commencent à apparaître dans les exercices. Avec son bras arrière, le boxeur attaquant cherche à barrer la route du partenaire, à l’amener où il veut.

A un moment, entre deux exercices, l’attention de Lucie se relâche quelques secondes, sans doute parce qu’elle est occupée à changer la musique. Les élèves en profitent pour se reposer un moment mais Lucie les rappelle vite à l’ordre: “Vous avez tous gratté quinze secondes, allez, on repart!” Et pendant le travail aux sacs de frappe, pas moyen de prendre de pause. Si vous n’êtes pas aux sacs, vous êtes en train de boxer à l’arrière avec un partenaire en attendant votre tour!

La section boxe du Cercle Tissier étant encore jeune les cours sont accessibles aux débutants comme aux expérimentés. Lucie s’attend également à une féminisation des effectifs. Elle en veut pour preuve la quasi parité qu’elle arrive à atteindre lors des stages organisés certains week-ends. Les recrues féminines dans les cours hebdomadaires devraient donc être de plus en plus nombreuses. En tout cas cela concorderait avec la tendance actuelle qui accorde une visibilité plus grande à la boxe féminine.

Les recommandations du professeur:

  • Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur de Loïc Wacquant, un ouvrage de sociologie écrit à partir de l’expérience de l’auteur qui a passé trois années dans un club de boxe du ghetto noir de Chicago. Le livre est publié aux éditions Agone: lien vers la page web du livre. Voici également un lien vers un article écrit par Loïc Wacquant au sujet de son expérience: Corps et âme
  • Lucie recommande à tous ceux qui souhaitent mieux connaître la boxe actuelle de regarder des vidéos du boxeur ukrainien Vasyl Lomachenko.

Contacter le prof

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *