Lieux et horairesTarifsOrganisation du cours
  • Le 100ecs: 100, rue de Charenton, Paris 12 (M° Ledru-Rollin (L.8) ou M° Gare de Lyon):
    • Mercredi de 18h45 à 20h45 (12 séances)

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

  • Plein tarif: 550 euros (12 séances) / Tarif réduit (étudiants et sur critères de revenus): 350 euros

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

  • 15 élèves maximum par cours; du travail personnel est demandé chaque semaine.

On aime

  • Une formation en photographie qui va très au-delà de ce que proposent habituellement les cours de photo
  • La démarche de plasticien d’Émeric
  • Le travail personnel demandé et les discussions durant le cours
  • Verdict: Pour aller au-delà d’un cours de photo technique, une belle formation de photographie pour développer une démarche personnelle

Contacter le prof

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!
Cela faisait un moment sur Haut Les Cours que nous souhaitions vous proposer un cours de photographie. Mais jusqu’à présent nous n’avions rien déniché qui arrêtât notre regard. Souvent les formations proposées sont parcellaires et donnent l’impression d’un grand éclatement. Soit que le cours soit centré sur un aspect technique bien particulier: la vitesse d’obturation, la profondeur de champ, les logiciels de retouche. Soit qu’il soit dédié à un type de sujets ou de traitements: la photographie de rue, le portrait, le noir-et-blanc. La master class d’Emeric Lhuisset au 100ecs, sur 12 séances, est un cours de photographie complet puisque outre l’enseignement des aspects techniques, il invite les élèves à développer une véritable réflexion sur la photo. Surtout, Émeric incite les participants à s’investir dans une démarche personnelle. Il s’agit d’une formation exigeante, qui demande un travail personnel non négligeable en dehors des séances (Émeric donne le même cours à Sciences Po depuis quelques années). Il conviendra parfaitement aux personnes qui recherchent une formation de qualité à destination des amateurs, qui souhaitent réfléchir au rôle de la photographie et développer à travers ce medium un propos personnel (Crédit photo: © Jordan Mathieu Nguema).

Savoir utiliser un appareil c’est bien, développer une démarche c’est encore mieux

Émeric Lhuisset est un plasticien, photographe, diplômé des Beaux-Arts et en géopolitique. Son travail “se veut comme une retranscription plastique d’analyses géopolitiques menées par l’artiste lui-même.” Il a notamment travaillé dans des zones de conflit: Colombie, zones Tribales Pakistanaises, Afghanistan, Irak… Il a remporté et été nominé pour divers prix.

En deux mots, Émeric dit de son cours qu’il s’agit avant tout de “développer une réflexion sur ce qu’est la photographie et sur la manière dont on construit une démarche photographique.”

Une maîtrise experte de l’appareil photo peut prendre des années. Mais il s’agit avant tout de pratique et non de formation théorique. Les règles de base sont relativement rapides à enseigner me dit Émeric, ensuite c’est à la personne de s’exercer par elle-même. Les premières séances de la formation accordent donc une place importante à la technique. Mais très vite les élèves vont être conduits à mener une réflexion sur le medium photographique et à développer un propos personnel dans leurs travaux. Entre chaque séance hebdomadaire ils doivent réaliser les exercices proposés par Émeric. Au fil des semaines, la formation technique va ainsi céder la place à des travaux beaucoup plus créatifs.

Pour illustrer cette transition de la technique vers la créativité, Émeric donne l’exemple des séries de photos. Réussir à prendre une unique photo correcte n’est pas très difficile et relève souvent de la maîtrise de l’appareil. En revanche, créer une série de photos qui a une cohérence est plus complexe et fait davantage intervenir la réflexion et la recherche créative.

Sur cent photos on va forcément en trouver une qui est bien. Ce qui est plus difficile c’est de construire une série, de construire un propos. Qu’est-ce que je veux dire avec mes photographies?

Le public du cours est assez varié. Du point de vue technique il y a aussi bien des grands débutants que des semi-pro maîtrisant très bien leur appareil. Ce qui rassemble cependant les élèves c’est le désir de conduire une réflexion sur la photographie. Voilà pourquoi la formation s’intitule “Master Class Photographie & Analyse d’Images”. Il ne s’agit pas seulement de savoir reconnaître ou faire une belle image, mais d’être capable d’aller au-delà du ressenti premier et d’analyser objectivement ce qui lui confère sa force.

formation photographie paris
© Jordan Mathieu Nguema
se former à la photo avec un bon prof
© Jordan Mathieu Nguema
projet lors de la formation de photo lhuisset
© Jordan Mathieu Nguema

 

Diversité des approches et des sujets

Émeric se définit comme un plasticien plutôt que comme un photographe. Il essaie donc de créer de nombreux ponts avec l’histoire de l’art, contemporain en particulier. Son intention est d’élargir la réflexion sur la photographie pour introduire des liens avec l’installation, la vidéo, la sculpture… Mais ayant beaucoup pratiqué la photographie de guerre il propose également aux élèves des développements sur ce sujet. Selon moi c’est à la fois captivant et pertinent car la photographie de guerre permet d’être à la croisée d’une démarche plastique, d’une ambition documentaire et d’une réflexion sur la manière dont l’image est utilisée aujourd’hui pour toucher les consciences et les opinions publiques.

Émeric lui-même a une démarche d’artiste mais parmi les élèves les approches et les sensibilités sont extrêmement variées. Une partie d’entre eux est tournée vers le documentaire, une autre vers une démarche plus plastique. Certains élèves sont attirés par le photo-journalisme, d’autres par la photo de mode… Il y en a qui travaillent sur le corps, ou encore qui mélangent littérature et photographie… Au trimestre précédent par exemple, une étudiante a réalisé un travail sur le polar, dans une veine assez plasticienne. Elle reprenait des faits divers qu’elle recréait d’un point de vue photographique.

Émeric ne veut surtout pas que ses élèves se reposent trop sur leur technique ou sur des règles: “il est important de remettre en cause certaines règles de la photo, par exemple celle du ‘deux-tiers / un-tiers’ “.

On sent au fur et à mesure du trimestre des univers qui se dessinent! Ce qui m’intéresse aussi c’est la “mythologie personnelle” qui nous amène vers telle ou telle démarche.
une photo d'une élève du cours d'Emeric Lhuisset
© Anne-Line Desrousseaux – La recréation photographique d’un fait divers
Photo dans le cadre de la formation de photos d'art
© Anne-Line Desrousseaux
Exemple du cours de photo 100ecs
© Anne-Line Desrousseaux
Série de photo durant le cours
© Anne-Line Desrousseaux
Travaux finaux formation photographie
© Anne-Line Desrousseaux

Un cours qui accorde une place importante à la discussion

La discussion tient une place importante, les élèves sont invités à intervenir. A chaque cours chacun présente son travail aux autres et recueille leurs réactions. À la fin de la séance Émeric présente un de ses propres projets qui pourrait correspondre à l’exercice de la semaine. Un des sujets qu’il aime donner est le suivant: “Sortir des limites de la photographie”. C’est un sujet riche qui donne lieu à des travaux très divers et qui implique non pas uniquement de dessiner les limites mais de réussir à les franchir dans ses photos.

Au cours des douze séances il y a au moins un sujet de collaboration pour permettre aux élèves de travailler entre eux et Émeric a mis en place une plateforme Facebook qui permet aux élèves de s’entraider.

Une émission d’Arte dans laquelle Émeric parle de son travail

Je trouve que l’on a tort d’imposer des règles strictes, de fermer le médium. Dans la photo il y a énormément d’académisme, c’est dommage.

Également sur Haut Les Cours: pour ceux qui veulent développer une approche plasticienne, en dessin et peinture, nous pouvons notamment recommander les cours d’Hélène Legrand à Saint-Germain-en-Laye et ceux de Marie-Christine Palombit à Montreuil. Si vous êtes attirés par le projet de réflexion sur le langage photographique d’Émeric, peut-être serez-vous également intéressés par les ateliers d’écriture des Mots ou bien de Thibault Malfoy.

Contacter le prof

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *