Lieux et horairesTarifsOrganisation du cours
  • Pour connaître les dates des ateliers « création de jeu », rendez-vous sur la page Facebook de Prismatik ou inscrivez-vous à leur newsletter.
  • Prismatik réalise également beaucoup de prestations à la demande.
  • Sur devis pour les prestations à la demande.
  • A titre d’exemple, le tarif de l’atelier « création de jeu de société » de 2 heures est de 35 euros par personne.

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

  • Prismatik propose de nombreuses formules: de l’animation de sensibilisation de 45 minutes au stage de plusieurs jours; que ce soit en prestations à la demande ou en ateliers ouverts à tous.
  • Prismatik intervient auprès de nombreux publics: écoles, centres culturels, collectivités, entreprises, passionnés…

Haut les cours! aime

  • Prismatik a choisi de faire confiance à l’intelligence des participants: les ateliers sont exigeants et ludiques
  • Un outil unique créé par Prismatik, les Mécanicartes, qui permet d’analyser les composantes d’un jeu existant ou d’en créer un de toute pièce 
  • L’ambition de l’équipe de Prismatik: populariser le game design
  • La capacité de faire varier le niveau de difficulté de l’atelier en fonction du public: des hardcore gamers travaillant à leurs prototypes de jeu, aux participants à une activité de team-building en entreprise, en passant par les écoliers

Réservez votre cours d’essai ou contactez le professeur


Le jeu de société se porte bien en France. Nombreuses sont les personnes qui jouent et il n’y a jamais eu autant de jeux publiés. A cela on peut ajouter la mode des escape games, apparus en France en 2013, mais aussi celle des serious games, à visée éducative. Prismatik, née en 2015 se place à la confluence de ces tendances. Son équipe (deux des co-fondateurs, Aurélien Lefrançois et Léo Capou , et leur partenaire, Pascal Viette) anime des jeux grandeur nature et immersifs. Elle crée également des jeux sur-mesure. Enfin elle assure des initiations au game design. C’est de ce dernier aspect que nous parlerons ici. Ces formations s’adressent aux joueurs qui souhaitent mieux comprendre les jeux de société et peut-être concevoir les leurs. Elles sont aussi parfaites pour toute personne qui aime jouer et qui veut juste passer un moment convivial et intelligent. Ces formations permettent dans un premier temps d’analyser les mécaniques sous-jacentes des jeux.  Elles invitent ensuite les participants à introduire de nouvelles règles dans des jeux existants, et, clou de la formation, à construire leur propre jeu. Si vous êtes intéressés par les jeux de société et êtes à la recherche d’un atelier à la fois riche, ludique et exigeant, les formations Prismatik sont pour vous. A noter que Prismatik est basée à Paris et à Lille.

Pour cet article j’ai participé à un atelier « création de jeu de société » de deux heures avec Pascal, de l’équipe Prismatik. Les ateliers « création de jeu » de Prismatik se composent de trois phases.

Première phase: jouer à un jeu existant et analyser ses composantes

Durant la première phase de l’atelier, l’animateur fait jouer les participants à un ou deux jeux de société simples et rapides. Il demande ensuite aux participants d’utiliser les Mécanicartes, un produit conçu par Prismatik, qui permet d’identifier les éléments qui composent un jeu. Ces cartes sont de trois types. Les cartes oranges représentent les matériels utilisés dans le jeu: cartes, dés, jetons, plateau… Les cartes vertes symbolisent les compétences sollicitées: logique, mémorisation, négociation, rapidité… Les cartes bleues sont les plus intéressantes car elles renvoient aux mécaniques du jeu: pioche, enchères, coopération, déplacements de pions ou d’éléments… Un jeu peut être décrit par plusieurs cartes de chaque couleur. Par exemple, les Colons de Catane (un jeu de plateau très populaire dans lequel vous devez construire des colonies grâce à des ressources) fait intervenir des mécaniques d’échange (on échange des ressources entre joueurs), de déplacement sur le plateau (en développant son réseau de colonies dans une direction on peut bloquer un adversaire), de gestion de ressources

Lors de l’atelier auquel j’ai participé nous avons commencé par jouer au jeu de cartes Love letters puis nous avons déterminé avec les autres participants quelles étaient les Mécanicartes qui s’y rapportaient. Il ne s’agit pas de science exacte et cette partie de l’atelier est propice aux débats entre ceux qui pensent que telle carte s’applique et ceux qui jugent que non.

mecanicartes matériel
Une carte « matériel »
mécanicartes compétence
Une carte « compétence »
mécanicarte mécanique
Une carte « mécanique »

Nous découvrons donc que Love Letters, aussi simple soit-il dans ses règles, fait intervenir logique, bluff, mémorisation, confrontation, pioche et un mécanisme de jeu proche du « pierre, feuille, ciseau »! Rien que ça!

Deuxième phase: ajouter une règle à un jeu existant, et voir si cela marche!

Lors de la deuxième phase de l’atelier, Pascal nous propose d’ajouter une des mécaniques des Mécanicartes au jeu auquel nous venons de jouer, Love letters. Nous décidons de modifier le jeu en créant une monnaie qui est acquise lorsque l’on joue une carte. Dès que l’on a accumulé assez d’argent on a le droit de tirer une carte dans la pioche. Nous nous remettons à jouer avec cette nouvelle règle mais bien vite il est clair que cela déséquilibre le jeu. Certaines cartes deviennent excessivement puissantes et des joueurs se retrouvent avec trop de cartes en main. Nous décidons donc de modifier légèrement cette nouvelle règle: l’argent ne donne plus le droit de piocher une carte supplémentaire mais d’en défausser une pour en tirer une autre, en espérant être chanceux. Et cela marche mieux, cette règle déséquilibre moins la partie. Nous avons commencé à créer un jeu à notre sauce! Nous répéterons ensuite la première et la deuxième phase de l’atelier avec un autre jeu, Sigil.

Ce jeu de société (Sigil) il est difficile d’y ajouter une règle sans toucher au reste. Pour le modifier, il faut le casser et le remonter complètement!

Troisième phase: créer un jeu de toute pièce

La troisième phase des ateliers consiste à créer un jeu de toute pièce à partir d’un certain nombre de Mécanicartes. Cette phase n’était pas prévue au programme de l’atelier auquel j’ai participé. En effet il faut au moins trois heures pour avoir le temps d’aborder ce dernier aspect. Néanmoins je pense avoir eu un bon aperçu de ce que pourrait être cette dernière phase. Je suis sûr qu’elle doit donner lieu à des débats entre participants durant lesquels on pourra déceler les goûts de chacun: entre tenants de jeux cérébraux, demandant une logique implacable; partisans de jeux narratifs, à la manière des jeux de rôle; et joueurs pour qui un jeu doit avant tout rester un moment de fun et de convivialité!

Une vidéo d’un des co-fondateurs de Prismatik, Aurélien, qui présente les ateliers de création de jeu

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *