Les meilleurs cours d’impro à Paris

Les questions à se poser quand on cherche un cours d’impro

Beaucoup des questions que l’on peut se poser au sujet d’un cours de théâtre sont également valables pour l’impro. Il faut cependant en ajouter quelques-unes (voir aussi notre article sur les cinq bonnes raisons de s’inscrire à un cours de théâtre ou d’impro). L’impro est par ailleurs un excellent outil en entreprise ou encore pour passer un bon moment dans le cadre d’un EVJF ou d’un EVG, que vous cherchiez à challenger la mariée ou à rire avec le marié.

groupe d'hommes improvisant une scène de voiture
Photo credit: thisisbossi via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA
  • Le niveau de prise de risques: Du point de vue de la prise de risques, l’impro théâtrale est plus exigeante que le théâtre. Il vous faudra apprendre à vous désinhiber, à accepter et à faire confiance à vos partenaires. Tous les professeurs d’impro pratiquent la bienveillance, c’en est une valeur cardinale, mais certains cours créent une atmosphère plus sécurisante tandis que d’autres vous pousseront davantage à vous mettre en danger. Il est important que vous soyez à l’aise avec ce qu’on attend de vous, surtout au début. Ce qui est rassurant est qu’en impro tout le monde progresse en général vers une plus grande acceptation du risque.
  • Le niveau du groupe: Plus encore que le théâtre l’improvisation théâtrale dépend des partenaires. Vous progresserez d’autant plus que le niveau du groupe sera bon. L’idéal est de rejoindre un groupe déjà constitué qui joue ensemble depuis un certain temps.
  • Le format de spectacle travaillé: Certains cours préparent aux matchs d’impro (deux équipes qui se rencontrent lors d’un match amical), d’autres au format cabaret (une seule troupe qui joue une série d’improvisations courtes), d’autres encore, mais cela serait plutôt réservé aux confirmés, mettent en avant le travail sur la forme longue (des impros de plus d’un quart d’heure).
  • L’état d’esprit et le style de jeu du groupe: La notion de style s’applique plus aux troupes d’impro constituées qu’aux cours amateurs mais la composition du groupe et le professeur pourront vous amener vers des styles de jeu divers. Plus ou moins référencés culturellement (par exemple un groupe peut aimer improviser selon des catégories littéraires: à la manière de Zola, Molière, Kundera…), plus ou moins extravagants, plus ou moins corporels, plus ou moins verbeux…

Dans un cours d’impro théâtrale on apprend à…

  • Percuter: en impro on n’a pas le temps de planifier en détail le scénario de la scène, il faut réagir à l’imprévu en temps réel. Vous pouvez commencer une scène avec une idée en tête, mais si vos partenaires de jeu l’orientent dans une autre direction il faudra vous adapter! L’impro est donc une excellente manière d’être dans l’instant présent.
  • Etre à l’écoute de l’autre: l’impro c’est le collectif avant tout! Ceux qui sont là pour prendre la lumière et se mettre en avant peuvent passer leur chemin! On est au service de la scène et des partenaires, pas de son ego. Il faut donc écouter et observer attentivement les autres joueurs. Comme on dit, la meilleure idée, c’est souvent celle que vous donne le partenaire. Ne passez pas à côté faute d’écoute!
  • Exprimer ses émotions: une bonne scène d’impro est une scène dont les personnages sonnent vrai. Il n’est pas forcément nécessaire que l’histoire soit complexe ou brillante. Parfois, pour faire une bonne scène, il suffit que les personnages touchent le public en exprimant leurs émotions de manière sincère.
  • Être créatif : c’est sans doute la capacité la plus difficile à travailler. Mais être créatif ce n’est pas ajouter à une scène tout ce qui vous passe par la tête. L’impro aide à être créatif à bon escient. Souvent il n’est pas nécessaire de développer tout un scénario béton et sophistiqué dans votre tête. C’es parfois un petit élément, un objet, une simple idée, qui vont transfigurer une scène et lui faire prendre une direction intéressante.
  • Faire confiance: sur scène vous avez des partenaires, tout ne repose pas sur vos épaules. Eux aussi réfléchissent, eux aussi ont des idées. Apprenez à leur faire confiance. Si vous êtes empêtré dans une scène ils sont là pour vous tirer de ce mauvais pas. Les partenaires, c’est le filet de l’improvisateur!
  • Utiliser le corps: l’impro ce n’est pas de l’art oratoire; ce n’est pas qu’une question de parole. C’est aussi une question de corps et de gestes. Quand on débute en impro on parle beaucoup. On a tendance à expliquer les actions que l’on fait alors qu’il suffirait juste de mimer ces actions de manière convaincante pour que le public comprenne. Ne pas être statique sur scène, mimer des actions, se mouvoir au milieu d’un décor imaginaire, voici ce qu’on attend de l’improvisateur.
  • Etre énergique: l’énergie est une des clés de l’impro. C’est ce qui maintient éveillé l’intérêt du public quand bien même une scène ne brille pas par son inventivité et son originalité. Et c’est une capacité qu’il est facile de travailler: après quelques mois beaucoup de débutants arrivent à passer d’un jeu sans relief à un jeu très vivant.
  • Se concentrer: l’impro est une discipline qui doit engager le joueur dans sa totalité. Il faut que son cerveau, son corps, ses affects soient dédiés à la scène. Cela suppose d’être entièrement disponible et de bannir les pensées parasites. On rentre parfois dans une sorte de transe et c’est justement cette drogue que beaucoup d’improvisateurs recherchent!
La Carte de tous les cours