On sculpte ample et on fuit la monotonie

Horaires et lieux

  • 23, rue Decrès, Paris 14, Métro L.13 Plaisance
    • lundi de 18h30 à 21h30
    • mardi de 13h30 à 16h30 
    • samedi de 11h30 à 14h30

Tarifs

  • Inscriptions trimestrielles ou annuelles uniquement (pas de cours ponctuel) sur la base de 87€ par cours de 3 heures. Tous frais compris : inscription / modèles vivants / terre à cuire / matériels.
  • 8 à 10 élèves maximum par cours; en général avec un modèle vivant

Carte et formulaire de contact

La sculpture est une discipline extrêmement exigeante, c’est sans doute pourquoi je suis souvent déçu des ateliers de modelage amateurs dont je peux avoir un aperçu. Les sculptures produites manquent fréquemment d’ampleur : on y fait des figurines plutôt que de vrais nus, de petites têtes plutôt que des bustes ou de véritables portraits. A l’Atelier Lumière, Dominique fait exactement l’inverse : on sculpte grand et ambitieux. La contrepartie est qu’il y faut beaucoup de patience et que l’on doit accepter l’échec et les difficultés des premiers temps. Mais Dominique est là pour rendre cette pratique exigeante finalement abordable, pourvu que la motivation soit là. Le choix des sujets est guidé par sa volonté d’éviter la monotonie. Hors de question de faire toujours la même chose, uniquement du nu ou bien des portraits, sous prétexte de maîtriser à la longue un type de sujets. Au contraire, d’après Dominique c’est en sculptant tout types de sujets, en s’essayant à tout que l’on finit par progresser. Plus que de donner un simple cours de sculpture, Dominique souhaite transmettre et partager la passion du métier de sculpteur.

On aime

  • Un enseignement de haut niveau à l’Atelier Lumière
  • On sculpte grand, ample, « par le volume »
  • La diversité des sujets d’étude : nus, portraits, copies d’antiques, bas-reliefs, expression libre…
Contacter le prof

Un enseignement ambitieux et ample, qui demande patience et motivation

Les cours de Dominique sont sans doute parmi ce qui se fait de mieux en termes de sculpture pour amateurs (du modelage en l’occurrence). Revers de la médaille, les places sont comptées. Elle organise aussi de temps en temps des stages sur un week-end, une occasion idéale de bénéficier de son enseignement à un tarif intéressant.

La sculpture est une des pratiques plastiques et artistiques les plus exigeantes. Dominique regrette que nombre d’élèves en sous-estiment la difficulté ou du moins le temps qu’il faut pour parvenir à un résultat appréciable. Alors qu’en dessin quelques mois de pratique permettent de réaliser des croquis de nus honnêtes, en sculpture il faut davantage de temps.

tetes sculptées à la lumière du soleil

Pour Dominique cela tient à l’ajout de la troisième dimension. Gérer les deux premières sur le papier n’est déjà pas simple pour la plupart d’entre nous, imaginez quand vous en ajoutez une troisième ! Les élèves ayant déjà un bagage en dessin partent d’ailleurs du même point que ceux qui ne dessinent pas du tout. Tout au plus savent-ils un peu mieux « regarder » d’après Dominique,  mais ils ont tout à apprendre.

Avant de recommander un professeur d’arts plastiques je regarde systématiquement sa production personnelle. Même si un bon peintre ou sculpteur ne fait pas toujours un bon professeur, un artiste médiocre fera rarement un bon enseignant. Dominique expose beaucoup, a été l’élève du sculpteur Paul Belmondo et est entre autres très bonne portraitiste (commande du buste de Georges Brassens pour la ville de Gagny-Saint-Denis, de Jacques Brel pour sa fondation et de Léo Ferré par sa famille, beau trio non ?). Voilà la case « artiste de talent » cochée, mais qu’en est-il plus précisément de son enseignement ?

cours-sculpture-dominique-vial-17

Elle l’annonce d’emblée, « je ne veux pas être la prof avec laquelle on va faire des petits santons », on n’est pas dans de la sculpture de figurines rabougries, mais dans la tradition de l’apprentissage de la sculpture par le volume. Preuve de l’importance que revêt pour elle l’espace, Dominique emploie fréquemment des comparaisons avec l’architecture : « une sculpture, ça se monte, ça se bâtit, c’est de l’architecture. Peu à peu,  les détails arriveront d’évidence » me confie-t-elle.

Des cours tout sauf monotones

Je connais mieux les artistes peintres que les sculpteurs et assez souvent les professeurs de dessin et de peinture ont un cursus très structuré sur l’année. Par exemple en dessin on travaillera la construction en début d’année, puis les valeurs et le trait et enfin l’expression personnelle. Dominique me dit au contraire qu’elle n’a pas de cursus d’enseignement formalisé. Dans son cours les niveaux sont mélangés, débutants et initiés, et le sujet des séances est fonction des envies de la professeure et des élèves. Parmi ses élèves on trouve pas mal de professions libérales, des gens qui ont un peu de temps et qui veulent commencer ou s’adonner à cette passion.

L’important pour Dominique est d’éviter la monotonie en faisant travailler le modelage sous toutes ses facettes. Hors de question par exemple de faire trois mois de nu ou trois mois de portrait d’affilée. Au cours de l’année elle fait alterner nus et bustes (d’après modèle vivant), copies d’antiques (d’après reproductions), détails du corps (mains, pieds…), bas-reliefs, travail sur le mouvement… Un ou deux cours par an sont dédiés à l’expression libre à partir d’un thème abstrait (la colère par exemple…). C’est de la sorte que l’on progresse le mieux, la diversité est donc un des maîtres mots de l’enseignement de Dominique.

têtes modelage
Une sculpture, ça se monte, ça se bâtit, c’est de l’architecture. Peu à peu,  les détails arriveront d’évidence.

Pour favoriser la progression des élèves, et sans néanmoins les prendre par la main, Dominique a pris le parti de corriger ou de montrer fréquemment l’exemple sur leurs sculptures. Tous les professeurs ne le font pas  systématiquement, certains se refusant à toucher aux travaux de leurs élèves. Cet « interventionnisme » est tout à son honneur, cela évite à l’élève de partir dans une mauvaise direction sans pour autant faire le travail à sa place. Cela demande énormément de doigté et d’expérience pour savoir où placer le curseur.

Dominique dispense plus qu’un enseignement standard, elle mobilise dans ses cours toute sa compétence artistique et technique. Elle me parle d’une technique qu’elle a mis au point pour gagner du temps dans les étapes préparatoires d’un portrait, et avoir rapidement une vision globale. Elle demande à ses élèves de ne pas la divulguer. Vous n’en saurez donc pas davantage, désolé !

Les recommandations du professeur

  • Sculptez tout aussi souvent que possible : le modelage c’est plus facile à pratiquer chez soi que la peinture. Sculptez de petites têtes, des mains, des pieds, des bas-reliefs… dans votre cuisine, où vous voudrez ! Rapportez vos exercices à votre prof, il les corrigera.
  • Ne vous attachez pas trop à ce que vous faites. Si ce n’est pas à la hauteur, jetez !

2 réflexions au sujet de “On sculpte ample et on fuit la monotonie”

    • Merci Sylvie de cette bienveillante appréciation… Pour moi aussi cela a été un grand plaisir de t’enseigner à sculpter car ton écoute
      humble et attentive nous a permis d’avancer vite et solidement ! Peut-être de nouveau à bientôt ? 😉

      Répondre

Laisser un avis à l'organisateur.rice

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pourriez également aimer ces cours