Théâtre classique et travail du sous-texte

Horaires et lieux

  • 6, rue Juliette Dodu, Paris 10, M° Colonel-Fabien
    • mardi de 19h à 21h
    • mardi de 21h à 23h

Tarifs

  • Année: 585€ (un cours par semaine, sauf vacances scolaires)

Carte et formulaire de contact

Un cours de théâtre qui choisit de partir de textes classiques pour ensuite aller vers des choses plus contemporaines. Charlotte et Yves-Pol alternent chaque semaine et accompagnent chaque groupe. Ils ont fait le choix de groupes de taille raisonnable (10 élèves maximum) qui permettent un travail de qualité. Disciples de Jean-Laurent Cochet, ils mettent au premier plan le sous-texte, c’est-à-dire tout ce qui est signifié par le comédien, en-deçà des mots. Cela implique un travail poussé sur les émotions, les intentions et l’intériorité du personnage. Les spectacles de fin d’année sont ambitieux, aussi bien du point de vue du choix de textes (souvent des pièces complètes) que de celui de la mise en scène.

On aime

  • Des groupes de taille raisonnable (10 élèves maximum)
  • Le travail de textes classiques exigeants
Contacter le prof

Un cours de théâtre où l’accent est mis sur les textes classiques (mais pas uniquement)

Durant l’année théâtrale, Charlotte et Yves-Pol mettent l’accent sur le travail des textes classiques (Shakespeare, Racine, Corneille, Molière, Marivaux, Hugo, Rostand…). Pour autant cela n’exclut pas les textes contemporains ou encore ceux issus du cinéma.

Un des intérêts des textes classiques est que les situations, les personnages et les enjeux sont démultipliés par rapport aux textes contemporains. Cela donne beaucoup de grain à moudre à des élèves amateurs qui veulent progresser.

Pour un débutant, il est plus facile de donner des bases de travail sur un texte classique que sur du contemporain.

Le cours est tous niveaux et accueille dix élèves maximum ce qui est une taille très raisonnable pour un cours de théâtre amateur. La séance de deux heures commence par un petit moment où chacun partage son état présent, cela permet de se connecter à l’activité et aux autres, après une journée de travail. Il y a ensuite un échauffement qui dure environ 20 minutes. Puis 30 à 40 minutes d’improvisations plus ou moins guidées, souvent en rapport avec les textes. Et enfin on travaille 40 minutes à une heure sur les textes.

Le travail d’impro ne doit pas être négligé: il permet de prendre confiance en soi, de développer la créativité et de faire comprendre au comédien que ses partenaires seront toujours là pour lui offrir leur support.

L’importance du sous-texte

La base de l’enseignement de Charlotte et Yves-Pol est le sous-texte, c’est-à-dire ce que le personnage pense en deçà des mots qu’il est en train de dire. Le sous-texte, ce sont les pensées intérieures, l’état émotionnel dans lequel le personnage se trouve.

Pour se mettre dans l’état émotionnel du personnage, le comédien peut utiliser des situations de sa vie quotidienne qui l’ont mis dans un état proche. La notion de sous-texte permet aussi de comprendre que les mêmes mots peuvent être prononcés de nombreuses manières différentes.

Travailler sur le sous-texte et les intentions est également essentiel pour que le spectateur comprenne immédiatement ce dont il s’agit, quand bien même la langue serait complexe et recherchée.

Notre objectif c’est de faire en sorte que, par le travail du texte et du sous-texte, le comédien ait facilité la compréhension au spectateur.
La Tempête, un spectacle de fin d’année en extérieur

Une pièce de fin d’année ambitieuse

On commence à travailler sur le spectacle de fin d’année dès janvier. C’est soit un montage de scènes avec un fil directeur, soit une pièce complète. Charlotte me dit qu’ils partent du groupe pour sélectionner la pièce ou les textes. Ils vont faire attention de donner à chaque élève un personnage qui le mettra en valeur et qui en même temps le fera progresser.

Les années précédentes ils ont travaillé sur une adaptation du Songe d’une nuit d’été et de La tempête de Shakespeare. Ils ont également monté Une vie formidable (une adaptation du film La vie est belle de Capra). Citons également Le Théâtre ambulant Chopalovitch, Le Colonel-oiseau, ou encore des adaptations libres inspirées de Musée haut, musée bas (Jean-Michel Ribes) ou des 39 marches

Laisser un avis à l'organisateur.rice

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pourriez également aimer ces cours