Lieux et horairesTarifsOrganisation du cours
  • Cours “Les fondamentaux” d’Impro Academy / pour grands débutants ou personnes souhaitant revoir les bases de l’impro:
    • Jeudi: 10h-12h30 (Salles Saint Roch, 35, rue Saint-Roch, 75001); Dimanche: 18h-20h30 (Basement Studios, 38, rue de Rochechouart, 75018)
  • Atelier “Perfectionnement” d’Impro Academy / pour les personnes qui ont déjà une bonne expérience de l’impro ou du théâtre:
    • Mardi: 20h-22h30 (Basement Studios, 38, rue de Rochechouart, 75018); Jeudi: 20h-22h30 (Basement Studios, 38, rue de Rochechouart, 75018)
  • Atelier “Base de la base” d’Impro Supreme / pour les personnes voulant travailler des thématiques en profondeur: en général le dimanche après-midi, l’atelier dure 3h30 et il est possible de s’inscrire à la séance (Basement Studios, 38, rue de Rochechouart, 75018)
  • Impro Academy:
    • 270 euros par trimestre
    • 690 pour un engagement à l’année (120 euros de réduction par rapport à un paiement au trimestre)
  • Impro Supreme:
    • 55-70 euros selon les thèmes, tarif dégressif en fonction du nombre de séances suivies

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

  • Impro Academy: 14 élèves maximum par cours; chaque année 2 ou 3 spectacles sont organisés (à l’horaire du cours pour les amis ou avec location d’une salle le week-end)
  • Impro Supreme: 8 élèves maximum par cours

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

On aime

  • L’improvisation conçue comme une pratique exigeante
  • L’apport du théâtre physique et l’importance accordée au corps et à la gestuelle
  • Caspar aime battre en brèche certains clichés de l’impro amateurs: c’est rafraîchissant!
  • Verdict: Des cours d’improvisation exigeants qui mettent l’accent sur le travail corporel et les émotions

Contacter le profOffrir ce cours

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

Caspar Schjelbred est un professeur donnant des cours d’improvisation à Paris au sein de l’Impro Academy (une école fondée par son compère Florian Bartsch) et au sein de ses propres ateliers, sobrement dénommés Impro Supreme. J’ai beaucoup apprécié son enseignement car son approche détonne un peu dans le monde de l’impro amateurs. Il accorde énormément d’importance au jeu corporel de l’improvisateur et à l’énergie sur scène. Non pas qu’il ne soit pas intéressé par la narration et les dialogues. Mais selon lui, un jeu corporel riche et précis aide à créer l’imprévisibilité manquant parfois à certaines scènes d’impro, certes bien construites, mais sans saveur ni couleurs. Il est aussi un peu iconoclaste et provocateur par rapport aux préceptes traditionnels du théâtre d’improvisation et j’ai trouvé cela rafraîchissant:

  • lors d’une scène improvisé il considère qu’on n’a pas à dire oui à toutes les idées proposées par les partenaires;
  • la bienveillance est une condition de la pratique du théâtre d’improvisation allant de soi, pas un élément central sur lequel on construit tout;
  • et même si le collectif et la coopération sont essentiels, Caspar se plaît à titiller ses élèves en les invitant à “devenir le joueur dangereux, celui dont on a un peu peur et qui amène la scène vers des contrées inexplorées et pleines d’intérêt”.

Tenez-vous le pour dit, avec Caspar vous allez pratiquer une improvisation tonique et dangereuse!

Des cours d’improvisation inspirés du théâtre physique

Lorsqu’il s’agit de construire une scène, le débutant en impro (et parfois même le confirmé) a souvent tendance à se focaliser exclusivement sur la parole pour créer une histoire, en oubliant de faire vivre la scène grâce aux gestes et au corps. Caspar Schjelbred propose des cours d’improvisation qui traitent de toutes les composantes de l’improvisation théâtrale (voix, corps, créativité individuelle, écoute des partenaires…) mais qui ont pour caractéristique d’accorder une importance toute particulière au corps et à la gestuelle. Il ne suffit pas que l’histoire improvisée soit bien construite et les dialogues drôles ou intéressants. Il faut également que la scène soit incarnée physiquement par les comédiens. La principale leçon qu’il a retenu de l’enseignement de son mentor, Ira Seidenstein, est la suivante: “Use your body!”. C’est le précepte de base de tout théâtre corporel et physique. Il est simple dans son énonciation mais difficile à mettre en oeuvre. Cela demande du travail et dans le cours auquel j’ai assisté, Caspar demandait fréquemment à ses élèves, des débutants, de grossir davantage leurs gestes, d'”utiliser leur corps” au maximum.

Caspar tient un discours légèrement iconoclaste et tonique sur le théâtre d’improvisation. Je dois dire que moi-même membre d’une troupe d’improvisation, cela m’a beaucoup séduit. Par exemple, c’est un lieu commun des méthodes d’improvisation de dire qu’il faut systématiquement accepter les propositions et idées de ses partenaires. Par exemple si lors d’une scène l’un d’eux introduit de la conflictualité entre vos deux personnages, vous êtes censé accepter cette situation de conflit, quitte à apporter un autre élément ensuite. Caspar me dit qu’il ne prône pas l’acceptation systématique: “les gens sont assez intelligents pour dire non à une idée dès le départ si elle ne les convainc pas”. Mais pour se permettre de dire non il faut évidemment proposer quelque chose à la place, si possible de meilleur.

spectacle d'impro amateurs tous niveaux
Crédit photo: Impro Academy / Caspar au premier plan cherche-t-il à empêcher l’irréparable ou est-il l’instigateur de cette scène?

Un autre axe fort de l’enseignement de Caspar est l’importance qu’il accorde à l’imprévisibilité dans le jeu et sa défiance vis-à-vis des recettes toutes faites. En impro, on peut vite se retrouver à appliquer systématiquement les ficelles que l’on connaît. Par exemple si vous savez parfaitement jouer une personne qui conduit une voiture, vous aurez tendance à vouloir introduire un personnage de conducteur dans vos scènes alors que l’histoire ne le justifie peut-être pas. C’est sécurisant et peut donner de bons résultats, mais à la longue le risque est de tomber dans des impros stéréotypées. Investir le corps comme le propose Caspar permet justement de donner ses chances à l’imprévisibilité. Selon lui, c’est souvent un geste spontané un mouvement libre, qui va donner à celui qui l’a réalisé l’idée permettant de faire avancer la scène. Ainsi dans l’atelier que j’ai suivi avec Caspar il nous a demandé de faire des gestes spontanés puis de construire une petite scène à partir d’eux et cela marchait effectivement, les idées arrivaient!

J’aime beaucoup le tout premier spectacle des débutants car ils sont 100% honnêtes, c’est vraiment touchant. Ensuite ils commencent à appliquer des recettes et leurs impros deviennent plus prévisibles. Le tout premier spectacle est souvent le meilleur!

Une vision du théâtre d’improvisation exigeante, qui valorise la prise de risques

La prise de risques est consubstantielle à l’impro. Caspar en a développé une vision intéressante. Selon lui, prendre un risque en impro c’est montrer au public que l’on aime vraiment ce que l’on est en train de jouer, que si l’on joue telle scène à tel moment c’est parce que cela répond à notre impulsion du moment. Le bon improvisateur aime ce qu’il joue et le montre fièrement! La mise en danger est là car peut-être le public et les partenaires de jeu ne seront-ils pas conquis. Prendre des risques c’est également oser le silence et la pause durant une scène, savoir refuser l’assistance d’une parole superflue ou d’une action brouillonne, qui certes permettent de se donner une contenance, mais n’améliorent en rien l’impro.

Quand on improvise on ne peut pas atteindre la même qualité littéraire qu’en théâtre mais il faut viser la même qualité émotionnelle!

Caspar est également friand d’une approche assez théorique, voire intello de l’impro. On sent qu’il aime concevoir de nouveaux exercices et réfléchir à pourquoi telle chose marche et telle autre non. Et pour lui les exercices théâtraux utilisés en impro doivent idéalement être pratiqués au quotidien. Au cours de notre entretien il a eu cette phrase : “la raison principale de faire de l’impro, c’est de jouer sur la grande scène qui compte, celle de la vie.” Dans la bouche de quelqu’un n’ayant pas une démarche conceptuelle, une telle phrase est un cliché, mais la réflexion théorique de Caspar me l’a rendue tangible et sincère. Dans ses stages il aime tout particulièrement faire travailler “le voyage du héros”, une structure narrative que l’on retrouve dans beaucoup de légendes, contes, histoires ou scénarios.

Il y a plein de raisons de faire de l’impro: s’amuser, vaincre sa timidité, jouer à être un autre que soi… Mais pour moi, la raison principale c’est d’apprendre à jouer sur la grande scène qui compte, celle de la vie.

Chaque séance doit permettre de travailler toutes les composantes de l’improvisation

Les cours d’improvisation de Caspar et de Florian Bartsch à l’Impro Academy ne suivent pas un programme précis. Caspar me dit qu’il aime aborder à chaque séance toutes les composantes de l’impro. Pas question pour lui d’allouer des périodes de l’année au travail du corps, puis à la construction des personnages, puis à la narration… C’est peut-être moins sécurisant pour les débutants qui peuvent souhaiter un programme d’apprentissage progressif, mais c’est en revanche plus riche et fun.

commencer l'impro à Paris
Crédit photo: Impro Academy / Une chose est sûre ils sont tous très beaux

En impro il y a différents formats de jeu. Les plus connus sont le match (qui fait s’opposer deux équipes), le cabaret (un spectacle qui fait se succéder de courtes impro) et l’impro longue (des impros de plus de 15 minutes). A Impro Academy, Caspar et Florian ont décidé de ne pas traiter les formats de manière spécifique (ils ne préparent pas aux matches d’ailleurs). Pour eux l’important c’est d’improviser, que ce soit en format court, long, ou en match, est secondaire. Et il n’y a que deux niveaux “Les fondamentaux” et “Perfectionnement” au sein d’Impro Academy. D’ailleurs Caspar n’est pas partisan de créer trop d’échelons dans l’enseignement de l’impro. Il est d’avis qu’une année et demi à deux ans auprès d’un même professeur sont bien suffisants pour transmettre les bases. C’est ensuite à la personne de continuer à pratiquer et à se former.

Pour d’autres professeurs d’impro exigeants et adeptes de méthodes pédagogiques très structurées on ne peut que vous recommander les cours d’impro de Ian Parizot et Emmanuel de Chavigny ou encore les stages de Stéphane Lainé.

Les recommandations du professeur

Quelques livres qui tiennent à cœur à Caspar:

  • Non-fiction:
    • Le manuel d’Epictète
    • Puissance du mythe, Joseph Campbell
    • Vrai et faux: Blasphème et bon sens à l’usage de l’acteur, David Mamet
  • Romans:
    • Le loup des steppes, Herman Hesse
    • La grimace, Heinrich Böll
    • L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera
  • Poésie:
    • Les arbres ne rêvent sans doute pas de moi, Søren Ulrik Thomsen
    • Le printemps et le reste, William Carlos Williams
  • Un film:
    • Cabaret, Bob Fosse

Découvrez tous les cours de théâtre et impro recommandés
Contacter le prof

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

One comment

  • super prof, on travaille la spontanéité, l’invention, l’idée qui vient sur scène plutôt qu’en caucus … on ne s’ennuie pas une seconde !

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *