Lieux et horairesTarifsOrganisation du cours
  • Montana Fitness Place de Clichy, 16, rue Capron 75018 (métro Place de Clichy)
  • Cours débutants: lundi 19h30-20h45 et mercredi 21h-22h15
  • Cours confirmés (deux années de pratique minimum): lundi 21h-22h15 et mercredi 19h30-20h45
  • 550 euros par an (cela inclut l’accès aux quatre salles de sport Montana Fitness de Paris) + licence de 32 euros

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

  • Matériel obligatoire: mitaines de MMA, gants de boxe 14 oz, protège-dents, coquille.
  • Les cours sont assurés en alternance par Bertrand Amoussou et Pierre Huguet.
  • Entre 20 et 30 pratiquants par cours (octogone, ring de boxe et espace tatamis à disposition).

Ces informations sont fournies à titre indicatif: contactez le professeur grâce au formulaire ci-dessous (bouton contact) pour toute question.

On aime

  • Le MMA comme art martial à part entière: une grande attention portée à la technique et un esprit martial très présent
  • Des enseignants qui mettent en confiance: idéal pour débuter
  • De superbes infrastructures: octogone, ring de boxe et tatamis

Contacter le prof / Inscription

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

Bertrand Amoussou est un des grands noms du MMA en France. En tant que président de la Commission française de MMA il a pour objectif de développer la pratique en France, aussi bien compétition que loisirs. C’est de la pratique loisirs que nous parlerons ici. Bertrand assure, en alternance avec Pierre Huguet, les cours de MMA débutants et confirmés de la Paris Fight Team. Le but de cet article n’étant pas de définir avec précision ce qu’est le MMA, nous dirons qu’il s’agit d’un art martial où l’on combine techniques de percussion pieds-poings (surtout dans les phases de combat debout: cf. la boxe thaï, la boxe anglaise…) et techniques de préhension (que les adversaires soient debout ou qu’ils soient au sol: cf. le jiu-jitsu brésilien, le judo, la lutte…). A travers ses cours à la Paris Fight Team, Bertrand Amoussou souhaite dédramatiser et démystifier le MMA. En effet, nombreuses sont les idées reçues au sujet de ce sport, perçu comme violent. Les cours débutants et confirmés auxquels j’ai assisté m’ont montré au contraire que le MMA peut être un sport de combat ouvert à tous, complet, exigeant et guère plus dangereux que bien d’autres art martiaux.

L’objectif de Bertrand: dédramatiser le MMA et populariser sa pratique

Le cours débutants de la Paris Fight Team est ouvert à tous et le cours confirmés aux personnes ayant au minimum deux ans de pratique (sans que ce cours aille jusqu’à préparer à la compétition et aux combats). Pour débuter, aucune expérience dans un sport de combat n’est requise. Seule la motivation importe. Par ailleurs, même si la moyenne d’âge des cours est plutôt jeune, Bertrand me confirme que les quarantenaires, cinquantenaires, voire plus n’ont aucune raison de ne pas pousser la porte! Et il y a même une petite dizaine de filles inscrites cette année (soit 10-15% des effectifs). Les infrastructures sont d’excellente qualité, il y a de la place! Un octogone avec une cage, un ring de boxe, et un grand espace de tatamis idéal pour le travail au sol. Pour ceux que cela intéresse, une ressource intéressante sur le MMA en France sont les articles que le journaliste Florent Bouteiller lui a consacré.

Ce que j’ai vu lors de deux cours à dominante pieds-poings

Le cours confirmés

Le jour où je suis venu assister au cours, le thème de la séance était le travail pieds-poings. Le cours confirmés commence par une séquence de shadow-boxing. Mais l’idée est que cela ne reste pas trop « shadow ». En effet, Bertrand insiste pour que les pratiquants visualisent un adversaire « réaliste » en face d’eux. Par exemple certains ont tendance à se retourner brusquement pendant leur shadow-boxing. « Vous vous retournez trop vite, leur dit Bertrand. En situation réelle, aucun adversaire ne se retrouvera subitement derrière vous. » Je le vois, la pratique du MMA doit rester réaliste.

Faites des choses simples en shadow-boxing.

En tant qu’ancien judoka et jujitsuka, Bertrand donne des cours empreints d’un certain esprit martial. Cela se perçoit aussi bien dans le salut de début et de fin de séance que dans l’attention portée à la précision d’exécution des techniques. Après le cours, plusieurs élèves me le confirmeront, une des choses qu’ils aiment dans cet enseignement est qu’il conserve l’esprit des arts martiaux.

Les élèves confirmés travaillent ensuite deux par deux leurs jabs (des directs rapides du bras avant). Même si ce cours reste un cours loisirs qui ne prépare pas à la compétition, les applications au combat et la recherche de réalisme sont toujours présents. Autrement dit on ne travaille pas que la technique. Bertrand invite les élèves qui sont trop sur la défensive à apprendre à accepter de recevoir les coups portés, d’autant qu’ils sont peu puissants: « On accepte, il ne faut pas avoir peur des jabs » leur dit-il. J’apprécie beaucoup la précision de ses remarques au sujet d’une position de garde: le combattant est de profil, son épaule avant protège la mâchoire, son poing arrière l’autre côté du visage, le coude arrière est « logé dans le flanc comme dans un étui pour parer un middle-kick ou éviter une saisie par en-dessous. »

Un round lors du cours confirmés, l’un des partenaires attaque tandis que l’autre défend

Après ces 20 minutes de boxe légère, les élèves mettent les gants de boxe anglaise et les protège-tibias. Deux par deux ils doivent enchaîner deux jabs et un coup de pied moyen. L’important est surtout que le coup de pied parte quand les élèves sentent que c’est le bon moment, quitte à le préparer par trois, quatre, cinq jabs. Encore une fois on constate que c’est bien la pertinence des exercices en situation réelle qui intéresse Bertrand, et pas la réalisation mécanique d’une séquence prédéfinie. Les coups de pied moyen sont bloqués par une montée de genou. Vive les protège-tibias!

La dernière partie du cours confirmés est consacrée à des rounds pieds-poings de 3 minutes, entrecoupés d’une pause d’une minute trente. C’est la partie extrêmement intense du cours et suffit de quelques rounds pour bien éprouver les organismes. Des variations sont possibles: un partenaire attaque, l’autre défend; l’un garde les gants de boxe anglaise, l’autre les enlève… (si d’ailleurs vous recherchez un bon cours de boxe anglaise, jetez un oeil à notre article sur l’enseignement de Lucie Bertaud à Vincennes).

L’un des partenaires a retiré ses gants, il pare et essaie de venir au contact pour saisir la taille ou les jambes

Le cours débutants

On note une vraie différence dans les exercices proposés aux débutants et aux confirmés. Dans le cours débutants, Bertrand fait vraiment travailler les bases du combat et du déplacement. Il y a plus de séquences scriptées pour permettre aux débutants de travailler leur coordination et leur vivacité mentale. Par exemple, les élèves se mettent deux par deux, et l’un prononce successivement des chiffres de un à quatre.  Son partenaire doit immédiatement réaliser l’enchaînement correspondant au chiffre, mémorisé au préalable. Parfait pour créer des automatismes. Et comme on est en MMA et qu’il faut bien souffrir un peu, quand le partenaire vous touche la cuisse, il faut en plus descendre au sol à plat ventre et remonter par une pompe!

Les consignes de Bertrand sur un enchaînement proposé aux débutants: « direct / direct / crochet / middle-kick »

L’important dans ces exercices va être par exemple de réussir une transition fluide entre un direct et un déplacement sur le côté, un direct et un crochet, un uppercut et un direct, un direct et un coup de genou… Bertrand montre ensuite comment on peut utiliser un crochet « inoffensif » pour attirer l’attention du partenaire et en profiter pour aller au contact et le saisir aux jambes pour tenter de passer au sol. Je n’aurai pas vu beaucoup de combat au sol durant ce cours, cet aspect si crucial du MMA (et en général mal maîtrisé par ceux qui viennent des boxes, du karaté ou du taekwondo), mais j’aurai vu une des manières d’y parvenir! (pour travailler le sol, rien ne vaut le jiu jitsu brésilien et les cours d’Olivier Michailesco).

Ce cours débutants me convaincrait presque de me mettre au MMA. La discipline est en train de se structurer en France. Bertrand a par exemple initié un système de grades analogue à celui des ceintures pour attester la progression des pratiquants, avec des mitaines de différentes couleurs. Pour former l’équivalent d’une ceinture noire dans un autre art martial, Bertrand considère qu’il faut au minimum cinq à six années de pratique. Alors n’hésitez pas, commencez dès maintenant pour obtenir un jour vos mitaines noires! Si jamais vous cherchez un sport de combat complet mais moins rugueux que le MMA, on vous recommande chaudement les cours de hapkido d’Éric Le Cam auxquels nous avons consacré un article.

Et pour finir, quelques rounds de deux minutes dans le cours débutants

Contacter le prof / Inscription

Vous avez aimé cet article? Alors si vous voulez contacter le prof, utilisez donc notre formulaire, ça nous aide beaucoup. Merci!

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.